Sécurité - Association nucléaire canadienne

Sécurité

Nos centrales disposent d’équipes de sécurité professionnelles hautement qualifiées et reconnues internationalement. Besoin de preuves?

1. En 2012, pour la septième année consécutive, l’équipe d’intervention nucléaire de Bruce Power a remporté le premier prix aux Championnats nationaux SWAT. (Bruce Power.)

2. Au cours d’une mission en 2015, le Service consultatif international sur la protection physique (IPPAS), une division de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), a reconnu que le Canada disposait d’une infrastructure de sécurité nucléaire complète et solide. (Agence internationale de l’énergie atomique.)

3. Pour ses installations, Ontario Power Generation (OPG) a mis en place une équipe interne de sécurité armée, comprenant sa propre équipe SWAT, constituée d’agents tactiques bien formés et présents 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. La plupart des membres de l’équipe sont d’anciens policiers et d’ex-militaires. (DurhamRegion.com.)

Le secteur nucléaire canadien travaille en étroite collaboration avec les services de renseignement canadiens et internationaux. Besoin de preuves?

1. Au Sommet sur la sécurité nucléaire à Washington, en avril 2016, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le Canada, avec le Royaume-Uni, travaillera à la création d’un conseil de sécurité des Nations Unies sur la formation certifiée en sécurité nucléaire. (Bureau du premier ministre.)

2. Les installations nucléaires du Canada disposent de programmes complets de préparation aux situations d’urgence, d’organismes municipaux, provinciaux et fédéraux, de premiers intervenants et d’organisations internationales pour assurer un haut niveau de préparation. (Commission canadienne de sûreté nucléaire.)

3. Notre industrie nucléaire s’est engagée à renforcer la sécurité mondiale grâce à un programme de partenariat mondial visant à réduire la menace que représente le terrorisme nucléaire, radiologique et biologique. (Affaires mondiales Canada.)

Bien entendu, les centrales nucléaires canadiennes ne détaillent pas toutes leurs mesures de sécurité, mais elles disposent de mesures de sécurité détaillées, comme des moniteurs à rayons X, des détecteurs de métaux, des patrouilles armées et des fouilles de véhicules. Besoin de preuves?

1. La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) exige que tous les exploitants de centrales nucléaires disposent d’une équipe d’intervention d’urgence et que « le titulaire appuie également les autorités provinciales et locales dans leurs efforts d’intervention ». (Commission canadienne de sûreté nucléaire.)

2. Le programme d’intervention d’urgence de Cameco à son usine de traitement d’uranium de Port Hope, en Ontario, compte environ 60 employés hautement qualifiés. La plupart d’entre eux ont suivi une formation spécialisée en lutte contre les incendies industriels et en matières dangereuses. Cameco couvre le coût de la formation sur les matières dangereuses pour tous les membres du service des incendies et des services d’urgence de Port Hope, ce qui permettrait de soutenir les efforts de son équipe d’intervention d’urgence en cas de catastrophe naturelle. (Cameco.)

3. Bruce Power dispose d’une équipe de 400 personnes hautement qualifiées et d’un équipement et d’une technologie de pointe pour la lutte contre les incendies. La société dispose également de générateurs de secours portables et après l’accident nucléaire de Fukushima, l’entreprise a investi dans une formation spécifique post-Fukushima. (Bruce Power.)