Déchets - Association nucléaire canadienne

Déchets

L’industrie nucléaire est entièrement responsable de tous les coûts financiers et les coûts de détention associés à ses déchets. Besoin de preuves?

1. La conférence de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sur la sécurité et la gestion des déchets a conclu que la sûreté de la gestion des déchets radioactifs et du combustible usé dépend de la science et de la technologie. (Agence internationale de l’énergie atomique.)

2. Gary Lanthrum, ingénieur principal à la RAMTASC (Radioactive Material Transportation & Storage Consulting), précise que les risques liés aux radiations sont inférieurs à ceux d’autres risques industriels, en partie grâce aux règlements rigoureux imposés aux matières radioactives. (Outside.)

3. Le consensus mondial qui se dégage dans la communauté scientifique est que le stockage en profondeur des déchets nucléaires est la méthode permanente la plus sûre pour séparer les déchets des humains et de l’environnement. (Agence internationale de l’énergie atomique.)

4. Le plan canadien pour la gestion sécuritaire et à long terme du combustible nucléaire irradié est entièrement financé par les propriétaires de combustible nucléaire irradié au Canada. (Société de gestion des déchets nucléaires.)

Notre industrie a passé des décennies à étudier des solutions de stockage souterrain et à développer des technologies pour assurer des pratiques sécuritaires continues dans le stockage des déchets. Besoin de preuves?

1. Le consensus international parmi les scientifiques est que l’enfouissement des déchets dans des formations géologiques stables à des profondeurs de plus de 300 mètres est la méthode d’élimination la plus sûre à long terme. (New Scientist.)

2. Toutes les mines et usines canadiennes respectent systématiquement toutes les normes de rendement en gestion des déchets établies par l’organisme de réglementation fédéral indépendant. (Commission canadienne de sûreté nucléaire.)

3. L’élimination finale des déchets radioactifs de haute activité devrait être l’élimination géologique. (Association nucléaire mondiale.)

4. La SGDN (Société de gestion des déchets nucléaires) met activement en œuvre le plan du Canada pour la gestion sécuritaire et à long terme du combustible nucléaire irradié qui exige que le combustible irradié soit confiné et isolé dans un dépôt géologique en profondeur dans une zone où se trouvent des hôtes informés et consentants. (Société de gestion des déchets nucléaires.)

Le combustible usé est une ressource naturelle ayant des applications futures pour la production d’électricité. Besoin de preuves?

1. Le plan canadien pour la gestion du combustible nucléaire irradié est conçu pour répondre aux changements technologiques ou politiques susceptibles d’avoir une incidence sur le volume ou la nature du combustible nucléaire irradié au Canada. (Société de gestion des déchets nucléaires.)

2. Le recyclage du combustible nucléaire irradié pourrait générer des centaines d’années d’énergie sans carbone pour une nouvelle classe de réacteurs, les « réacteurs rapides », qui offrent la possibilité de recycler le combustible usé. (Laboratoire national d’Argonne.)

3. AREVA dispose d’une installation de recyclage de combustible nucléaire irradié dans la Manche, en France. C’est le premier centre industriel du genre dans le monde. (Orano.)

4. Dans un communiqué publié en 2013 par Nuclear Energy Institute (NEI), les décideurs ont manifesté un intérêt renouvelé pour les technologies avancées du cycle du combustible, car elles pourraient réduire le volume et la toxicité des sous-produits nucléaires. (Nuclear Energy Institute.)