Émissions sur le cycle de vie - Association nucléaire canadienne

Émissions sur le cycle de vie

Toutes les filières de production d’électricité émettent une certaine quantité de dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre, même si elles ne brûlent pas de combustibles fossiles. Par exemple, l’étape de la construction des centrales et de l’équipement nécessite la mise en place de béton ainsi que l’utilisation de véhicules et de machines ayant chacun leur propre empreinte carbone. En outre, l’extraction du minerai, le transport des matières premières et du combustible, le raffinage et l’usinage, le déclassement des centrales et le stockage des déchets peuvent tous générer des émissions.

L’énergie nucléaire a un cycle de vie intensif, depuis l’extraction du minerai d’uranium jusqu’au stockage du combustible irradié, mais il n’y a pas d’émissions de carbone au cours de l’exploitation. Même si l’on prend en compte toutes ces étapes, la filière nucléaire se compare avantageusement avec les sources d’énergie renouvelable – et très avantageusement avec les combustibles fossiles.

Source : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

L’énergie nucléaire, tout comme l’énergie éolienne ou hydraulique, figure au nombre des sources d’électricité dont les émissions de carbone sur le cycle de vie se situent au-dessous ou autour de 20 grammes par kilowattheure (g/kWh). Puisque la consommation d’électricité des habitations canadiennes se chiffre à environ 30 kWh par jour en moyenne, ces filières n’émettent qu’environ 600 grammes de dioxyde de carbone par jour par habitation, voire moins.

Les émissions des combustibles fossiles sont beaucoup plus élevées : pour produire la même quantité d’électricité qu’avec l’énergie nucléaire, le gaz naturel génère sur son cycle de vie 29 fois plus de carbone, le mazout 52 fois plus et le charbon 62 fois plus. Comme les combustibles fossiles utilisés pour produire de l’électricité sont à l’origine d’environ 30 % des émissions de carbone à l’échelle planétaire, on pourrait réduire considérablement l’empreinte carbone mondiale en remplaçant ces combustibles par des sources d’électricité propres, comme l’énergie nucléaire.