La production nucléaire mondiale a culminé en 2018 - Association nucléaire canadienne

Contenu vedette

La production nucléaire mondiale a culminé en 2018

Les derniers chiffres de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) viennent d’être publiés, et ils indiquent que l’énergie nucléaire a continué de croître en 2018, malgré la fermeture de réacteurs nucléaires aux É.-U. et ailleurs qui avait soulevé des inquiétudes.

Dans son « Rapport de situation mondiale de l’énergie et du CO2 » du mois de mars, l’AIE a indiqué une augmentation de 2,3 % de la consommation mondiale d’énergie, due à « une économie mondiale robuste et une augmentation des besoins de chauffage et de climatisation dans certaines parties du monde. »

La hausse en consommation d’énergie a provoqué une augmentation de 1,7 % des émissions de CO2 l’an dernier, soit un nouveau sommet.

On attribue 47 % de la nouvelle croissance d’énergie au gaz, et 7 % au nucléaire.

La croissance du nucléaire repose en grande partie sur de nouvelles infrastructures en Chine et le redémarrage de quatre réacteurs au Japon, selon l’AIE.

Dans le même ordre d’idées, la Energy Information Administration (EIA) des É.-U. a signalé un nouveau sommet de la production nucléaire en 2018, dépassant le sommet atteint en 2010.

Ceci s’est produit malgré la mise hors service de sept réacteurs depuis 2010 et l’addition d’un seul réacteur au réseau. L’augmentation a eu lieu grâce à la modernisation de réacteurs, menant à une meilleure efficacité et à une baisse du temps de mise hors service dans le cadre de l’entretien.

L’AIE s’est fait davantage entendre ces derniers mois sur l’importance de l’énergie nucléaire.

En février, l’AIE a organisé un atelier sur le rôle de l’énergie nucléaire dans le cadre du système d’énergie propre, qui mènera à un rapport sur la question, et le Dr Fatih Birol, directeur général de l’AIE, a pris la parole en marge de la conférence annuelle de l’Association nucléaire canadienne à Ottawa.

« L’énergie nucléaire joue un rôle important dans le cadre de la sécurité énergétique et de la durabilité dans le panier d’énergies d’aujourd’hui », a dit le Dr Birol lors d’un récent atelier de l’AIE.

« Cependant, sans attention adéquate de la part des politiques, sa contribution diminuera, et ceci créera des obstacles à l’atteinte de nos objectifs de politique énergétique dans l’avenir. En tant qu’organisme entièrement centré sur les carburants et les technologies, l’AIE surveille le développement de l’énergie nucléaire et son rôle potentiel dans les transitions d’énergie propre. »

L’AIE a un rôle important vis-à-vis des responsables des politiques et de leur compréhension de l’ampleur du défi mondial que représente la production d’électricité propre et fiable dans le cadre de l’électrification des transports et de l’augmentation du nombre de consommateurs d’électricité du monde en développement.

Les gouvernements doivent faire preuve de pragmatisme, et, comme l’AIE, prendre conscience du rôle que peuvent jouer toutes les technologies dans le système énergétique de l’avenir.