De la Terre à Mars en 100 jours grâce à la puissance des fusées nucléaires - Association nucléaire canadienne

Contenu vedette

De la Terre à Mars en 100 jours grâce à la puissance des fusées nucléaires

Cela peut avoir des allures de science-fiction, mais ce n’en est pas.

Grâce à la technologie nucléaire, voyager de la Terre à Mars en 100 jours pourrait devenir réalité dans un proche avenir.

Lors de la réunion du National Space Council du 20 août, Jim Bridenstine, administrateur de la NASA, a présenté un exposé sur le développement de la technologie de propulsion nucléaire.

La propulsion nucléothermique est l’un des moyens qui pourraient aider l’agence spatiale à atteindre son objectif d’envoyer des astronautes sur Mars dans les années 2030.

« Cela change complètement la donne pour les objectifs que la NASA s’est fixés », a déclaré M. Bridenstine selon Space.com.

Actuellement, avec une fusée à propulsion chimique, il faudrait environ huit mois pour aller de la Terre à Mars. Pour les astronautes, cela implique une longue durée d’exposition aux rayonnements liés aux voyages dans l’espace.

Une fusée à propulsion nucléaire pourrait diminuer de plus de la moitié la durée du trajet, réduisant ainsi le temps passé dans l’espace et l’exposition aux rayonnements.

« Cela nous offre la possibilité de véritablement protéger des vies, en ce qui concerne les doses de rayonnement absorbées pendant un voyage entre la Terre et Mars », a expliqué M. Bridenstine.

Des études récentes démontrent la nécessité de rendre les voyages dans l’espace lointain plus rapides et l’importance de réduire l’exposition aux rayonnements. Une étude de la Faculté de médecine de l’Université de Californie à Irvine (UCI) a révélé que des souris exposées pendant six mois à des niveaux de rayonnement d’un voyage interplanétaire souffraient de graves troubles de l’apprentissage et de la mémoire.

Un temps de trajet plus court réduirait également les quantités de nourriture, d’eau et d’oxygène qu’un équipage devrait transporter pour le voyage.

Comment cela fonctionne-t-il?

Phys.org a expliqué la technologie comme ceci : « Une boule de combustible d’uranium de la taille d’une bille subit une fission, ce qui libère une quantité phénoménale de chaleur. L’hydrogène est ainsi chauffé à près de 2 500 degrés Celsius, avant d’être expulsé à très grande vitesse depuis le bas de la fusée, ce qui donne à cette dernière une efficacité de propulsion deux à trois fois supérieure à celle d’une fusée chimique. »

L’utilisation de l’énergie nucléaire pour l’exploration de l’espace lointain n’est pas une idée nouvelle.

Les forces armées américaines et la NASA ont commencé à étudier le concept dans les années 1950 avec le programme Rover et dans les années 1960 avec le programme NERVA (Nuclear Engine for Rocket Vehicle Application – moteur nucléaire pour application moteur-fusée).

Plusieurs essais ont été menés sur des moteurs nucléaires, mais le programme a été annulé en 1973 avant même qu’un vol d’essai soit réalisé, car la NASA a décidé d’abandonner les missions vers la Lune et vers Mars afin de se concentrer sur le programme de la navette spatiale.

Mais aujourd’hui, l’idée d’une fusée nucléaire fait son retour au sein de la NASA.