INNOVATION - Association nucléaire canadienne

INNOVATION

L’innovation et l’industrie nucléaire Canadienne

Le Canada est une force concurrentielle sur le marché mondial et l’innovation technologique est essentielle pour l’aider à maintenir sa réputation internationale, pour stimuler l’économie locale et pour assurer le niveau de vie élevé auquel les Canadiens s’attendent désormais.

L’innovation est pratiquement synonyme d’industrie nucléaire canadienne. L’innovation nucléaire joue un rôle dans presque tous les domaines techniques dans tout le pays : énergie, médecine, produits pharmaceutiques, transformation des aliments, purification de l’eau, développement des matériaux, aéronautique, technologie automobile, sciences de la terre, archéologie, exploitation minière, etc.

L’industrie nucléaire canadienne est une industrie nationale de 6 milliards de dollars qui emploie directement ou indirectement 60 000 personnes. Cela est dû en grande partie aux 19 réacteurs nucléaires que compte le pays et qui produisent annuellement 13 GW d’électricité propre, abordable et fiable, soit assez pour alimenter 10,6 millions de foyers canadiens.

Centres de recherche nucléaire au Canada

Il existe plusieurs grands centres de recherche nucléaire au Canada, dont les plus importants sont les Laboratoires Nucléaires Canadiens, l’Institut canadien de diffusion des neutrons, TRIUMF et le Centre canadien de rayonnement de synchrotron.

On fait aussi de la recherche nucléaire dans presque toutes les grandes universités du Canada, dont quatre qui exploitent des réacteurs de recherche. L’Université McMaster exploite le réacteur de recherche le plus puissant du pays et l’utilise pour l’irradiation neutronique, la production d’isotopes médicaux et l’inspection de composants industriels. Le réacteur attire chaque année plus de 1 500 visiteurs qui s’intéressent à la science nucléaire et veulent observer la « lueur bleue » du cœur du réacteur.

Applications non énergétiques de la technologie nucléaire

L’une des applications les plus connues et les plus importantes de la technologie nucléaire est l’utilisation de radio-isotopes pour diagnostiquer et traiter le cancer. Chaque année, 40 millions de patients dans le monde bénéficient de cette innovation qui sauve des vies. La technologie nucléaire est également utilisée pour stériliser le matériel médical, comme les gants, les masques, les seringues et les implants.

L’irradiation des aliments est une autre application nucléaire où on utilise des rayonnements pour tuer les bactéries, les insectes et les parasites qui causent des maladies d’origine alimentaire et altèrent les aliments. Plus de 60 pays, dont le Canada, irradient des produits alimentaires tels que la viande, les fruits, les légumes, les céréales et les épices.

Des rayonnements sont utilisés dans l’agriculture pour produire des variétés végétales plus souhaitables et réduire les pertes dues aux insectes. La technique de l’insecte stérile (TIS) est une solution de rechange aux pesticides qui permet de réguler efficacement les populations d’insectes.

La technologie nucléaire est utilisée dans l’industrie pour examiner la structure moléculaire des matériaux sans les endommager ou les modifier. Ceci est particulièrement utile dans l’étude de l’intégrité structurelle de composants d’aéronef essentiels, de moteurs automobiles, de canalisations et d’autres mécanismes pétroliers et gaziers.

Les jauges industrielles utilisent des sources radioactives pour obtenir rapidement des données sur l’épaisseur, la densité ou la composition chimique, tandis que les traceurs industriels utilisent des radio-isotopes pour étudier le mélange et les débits de divers liquides, poudres et gaz.

La technologie nucléaire est utilisée pour dessaler l’eau de mer et ainsi fournir de l’eau potable à des pays en développement. Elle est utilisée dans les voyages spatiaux et maritimes. Et elle est utilisée dans des produits de consommation courante tels que les détecteurs de fumée, les horloges, les enseignes signalant les issues de secours, les cosmétiques, les poêles à frire et les photocopieurs.

Inovation dans la technologie du réacteur

L’industrie nucléaire canadienne est prête à une nouvelle vague de travaux novateurs. Les chercheurs mettent au point des réacteurs fonctionnant avec du combustible usé et avec de nouveaux combustibles, et ils avancent des concepts pratiques pour mettre sur le marché dans les prochaines décennies l’énergie propre issue de la fusion nucléaire.

L’industrie met aussi au point de petits réacteurs modulaires (PRM) dont la capacité électrique est inférieure à celle de la plupart des réacteurs actuels et qui vont de 1 à 300 MW. Ils se distinguent par leurs systèmes de sécurité passive, leur très faible empreinte environnementale, leur portabilité pour le déploiement hors réseau et leur simplicité de construction.

Le Canada est déjà reconnu internationalement comme un marché à la réglementation favorable aux PRM. S’établir rapidement comme chef de file lui permettra d’obtenir une part importante d’un marché mondial de la technologie PRM évalué à entre 400 et 600 milliards de dollars.

Actuellement, plus de 45 projets de PRM sont en cours de développement, dont quatre déjà en phase de construction en Argentine, en Russie et en Chine.

Les voies de la décarbonisation

On s’entend généralement pour dire que la réalisation des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) du gouvernement nécessitera une nouvelle production nucléaire, ainsi que d’autres technologies propres. Les voies suivantes montrent comment la technologie nucléaire canadienne peut être exploitée au pays et à l’étranger.

LA DEMANDE MONDIALE DE RÉSEAUX ÉLECTRIQUES

Le monde s’intéresse de plus en plus au nucléaire pour fournir l’alimentation électrique dont il a besoin sans émissions de GES ou sans utilisation massive de terres. Les réacteurs de conception canadienne CANDU, ainsi que les petits réacteurs modulaires, peuvent réduire les émissions mondiales de GES tout en augmentant la capacité d’exportation de technologies propres du Canada.

DE L’ÉNERGIE PROPRE POUR LES COLLECTIVITÉS ÉLOIGNÉES

Le Canada compte plus de 300 collectivités éloignées hors réseau dont la grande majorité dépend du carburant diesel sale et coûteux pour produire de l’électricité. Les petits réacteurs modulaires (PRM) peuvent fournir à ces collectivités une énergie propre, abordable et fiable.

EXTRACTION DE RESSOURCES PROPRE

Le Canada possède de vastes ressources naturelles, mais les procédés utilisés pour les extraire émettent d’importants volumes de GES. Par exemple, les sables bitumineux d’Athabasca contiennent des réserves de pétrole égales à 165 années de production actuelle, mais on les extrait en utilisant la chaleur du gaz naturel. Si on utilisait la chaleur produite par les PRM, le Canada réduirait ses émissions de GES et garderait le gaz naturel pour des utilisations à plus forte valeur ajoutée.

Pourquoi il est le temps d’agir maintenant

Il devient urgent de construire de nouveaux réacteurs nucléaires pour deux raisons principalement. La première est que le programme élaboré par le gouvernement pour atteindre les cibles climatiques est très exigeant. La seconde est que l’avantage actuel du Canada en tant que premier marché de déploiement de petits réacteurs ne durera pas, à moins de raffermir notre prise maintenant.

La technologie de conception des réacteurs ne devrait pas être un facteur limitatif. Le fait est que des dizaines de concepts en développement pourraient être commercialisés au cours de la prochaine décennie.

Mais le processus achoppe dans des domaines où l’État peut agir, directement ou comme coordonnateur intersectoriel; à savoir en ce qui concerne les applications, les modèles réglementaires, l’acceptation sociale, le financement, la démonstration des aspects économiques et la logistique, et l’approvisionnement.