Sécurité du cycle du combustible - Association nucléaire canadienne

Sécurité du cycle du combustible

La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) inspecte chaque année le cycle du combustible nucléaire. Voici certaines conclusions qu’elle a formulées récemment.

Industrie nucléaire

Dans son évaluation en matière de sûreté pour 2016-17, la CCSN affirme que les cinq centrales nucléaires sont exploitées de manière sûre :

  • aucun membre du public ni aucun travailleur d’une centrale n’a reçu une dose de rayonnement dépassant la limite réglementaire;
  • aucune centrale n’a rejeté dans l’environnement des substances radioactives dépassant la limite réglementaire;
  • aucune défaillance grave de système fonctionnel n’est survenue.

La CCSN a également attribué à l’industrie nucléaire 19 cotes « entièrement satisfaisant » en 2016, le même nombre qu’en 2015. Trois des cinq centrales ont reçu une cote moyenne « entièrement satisfaisant », tandis que les deux autres ont obtenu la cote « satisfaisant ».

Mines, usines de concentration et installations de traitement

L’évaluation en matière de sûreté pour 2016-17 et le rapport de surveillance pour 2016 effectuée par la CCSN a révélé que les mines et les usines de concentration d’uranium ainsi que les installations de traitement de l’uranium et celles où l’on traite les substances nucléaires ont toutes répondu aux attentes en matière de sûreté et de protection de l’environnement :

  • les mesures de radioprotection étaient efficaces et se traduisaient par les niveaux les plus bas qu’il était raisonnablement possible d’atteindre (principe ALARA);
  • les programmes de santé et de sécurité classiques assuraient toujours la protection des travailleurs;
  • le programme de protection de l’environnement était efficace et ses résultats étaient conformes au principe ALARA;
  • les activités de construction dans les installations étaient soumises à une surveillance continue.
Cigar Lake

Site du projet de Cigar Lake. Source : Cameco.

Pour arriver à ces conclusions, la CCSN a effectué de nombreuses inspections auprès des installations, entre autres :

  • mines et usines de concentration : McArthur River (Cameco), Key Lake (Cameco), Cigar Lake (Cameco), Rabbit Lake (Cameco) et McClean Lake (AREVA);
  • installations de traitement de l’uranium : usine de raffinage de Blind River (Cameco), installation de conversion de Port Hope (Cameco), installation de fabrication de combustible de Port Hope (Cameco) et installations d’Hitachi Nuclear Energy Canada (souvent appelée « GE-Hitachi ») à Toronto et à Peterborough, en Ontario;
  • installations de traitement de substances nucléaires : SRB Technologies (Canada) Inc., à Pembroke, en Ontario, Nordion (Canada) Inc., à Ottawa, en Ontario, et Best Theratronics Ltd., à Ottawa, en Ontario.
radioisotopes

Isotopes qui seront traités et purifiés par l’équipe de Nordion. Source : Nordion

En particulier, toutes les mines, usines de concentration et installations de traitement ont obtenu la cote « satisfaisant » ou mieux en 2016.

Best Theratronics, après avoir reçu une cote « inférieur aux attentes » pour ce qui est de la  gestion des urgences et de la protection-incendie en 2015, a entrepris les améliorations nécessaires.

Nordion, qui produit des radio-isotopes pour le secteur de la santé et des sciences de la vie ainsi que des sources de rayonnement pour l’industrie, a régulièrement obtenu la cote « entièrement satisfaisant » pour ses programmes de protection de l’environnement et de sécurité.