Lutte contre le changement climatique - Association nucléaire canadienne

Lutte contre le changement climatique

L’Association nucléaire canadienne (ANC) s’inquiète du changement climatique et préconise une campagne nationale efficace pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Cette campagne devrait miser sur :

  • une solide alliance nationale de citoyens, d’industries, d’organismes à but non lucratif et d’administrations locales;
  • une déclaration de spécialistes nationaux sur le coût du changement climatique et les arguments à l’appui d’un appel à l’action;
  • une orientation stratégique claire assortie d’un suivi assidu.

Une alliance pour l’action

Citizens' Climate Lobby

Cheryl McNamara, chef de la section torontoise de Citizens’ Climate Lobby, présente le T-shirt arborant le message du groupe. Source : Citizens’ Climate Lobby.

Chaque pays est unique, mais une solide alliance de citoyens, d’industries, d’organismes à but non lucratif et d’administrations locales exerçant des pressions constitue la meilleure assise pour une politique nationale efficace. Ce type d’alliance n’a pas encore été établi au Canada, mais les pièces maîtresses se mettent actuellement en place :

  • Plusieurs provinces (la Colombie-Britannique, l’Alberta et le Québec) ont déjà fixé un prix pour les émissions de carbone ou se sont joints à la Western Climate Initiative, qui étudie un mécanisme de plafonnement et d’échange de droits d’émissions, ou à la Regional Greenhouse Gas Initiative.
  • Des organisations non gouvernementales, comme le Citizens’ Climate Lobby, réclament également l’établissement d’un prix pour les émissions de carbone à l’échelle nationale.
  • Au Canada, le secteur financier a été le premier à reconnaître les arguments en faveur de la lutte contre le changement climatique. Par exemple, l’Institut de prévention des sinistres catastrophiques a produit pour le Bureau d’assurance du Canada un rapport qui fera date intitulé Comprendre le climat.

Arguments économiques à l’appui d’un appel à l’action

Nombre d’arguments invoqués contre la lutte au changement climatique mettent l’accent sur le coût – L’industrie a-t-elle les moyens de se conformer à la réglementation et d’adopter la technologie qui s’impose pour réduire les émissions de carbone? Les restrictions à l’utilisation commerciale, industrielle et personnelle des combustibles fossiles pourraient-elles ralentir l’économie? Y aurait-il un fardeau fiscal à assumer? Et quels sont les coûts de l’inaction?

Une déclaration de spécialistes nationaux concernant les effets du changement climatique et les arguments économiques en faveur d’un appel à l’action sur ce front poseraient les jalons en vue d’un débat national et aideraient les représentants de tous les camps à s’entendre sur une série de faits servant de point de départ à leurs travaux.

Le Canada pourrait commander un examen similaire à ceux publiés par le Royaume-Uni (Stern Review on the Economics of Climate Change) et l’Australie (Garnaut Climate Change Review Update 2011).

Orientation stratégique claire

L’élaboration d’une politique nationale efficace doit reposer sur un processus non partisan. Par exemple, elle pourrait être orientée par un organe consultatif indépendant ou on pourrait confier à un seul organisme la responsabilité explicite de la lutte contre le changement climatique à l’échelle nationale.